Non classé

Les hormones du bonheur , info ou intox?

Le bonheur nait dans notre cerveau : sérotonine, endorphine, dopamine, ocytocine, noradrénaline sont des hormones responsables de notre bonheur. Par conséquent, être heureux serait une histoire de chimie dans notre cerveau ?

Le cerveau est bien un lieu où se produisent de nombreuses réactions chimiques. Mais ces réactions chimiques dépendraient aussi de nos actes, de notre environnement (qualité de notre nourriture, activités physiques, entourage, vie sereine, etc…)

Alors quelles sont ces hormones qui influencent donc considérablement notre vie?

Voici la présentation de quelques hormones si précieuse à notre bonheur…

La sérotonine, l’anti-dépresseur naturel

C’est quoi ? 

C’est l’hormone ; elle est le régulateur de notre humeur : c’est le neurotransmetteur antidépresseur naturel et  du « contrôle du plaisir ». La sérotonine est bien connue pour être impliquée dans les phénomènes de dépression. La sérotonine permet de se sentir important et utile. Les sentiments de solitude et de dépression apparaissent lors de l’absence de sérotonine.

95% de la sérotonine (du corps) est produite dans l’intestin, 5% dans le cerveau ; cette hormone est produite à partir d’un acide aminé appelé le L tryptophane et de la vitamine D, du magnésium et du fer. Cependant, on sait que la toute la sérotonine produite dans l’intestin ne passe pas la barrière du cerveau.

Comment l’activer, la développer ?

  • La luminosité booste sortez aussi cette hormone ; ainsi, pensez aussi souvent que possible de profiter des rayons du soleil.
  • L’activité physique active aussi la sérotonine.
  • Le bien-être contribue à mieux produire de la sérotonine. Apprendre à apprécier le positivisme de la vie, les petites choses de la vie ; activer le positif mais surtout en prendre conscience. Ici, la phénodescription si chère à la sophrologie activera cette hormone. Action positive est l’un des 4 grands principes fondamentaux ; cette action positive s’active dans tous les degrés de la relaxation dynamique au moyen de techniques spécifiques, des vivances .

Se remémorer des choses importantes et positives du passé est un bon moyen pour secréter de la sérotonine. En effet, le cerveau ne distingue pas très bien la réalité de l’imagination, et la production de sérotonine est similaire dans les deux cas. Grâce aux techniques de prétérisation en sophrologie, les souvenirs positifs du passé sont activés.

Il en est de même si nous nous projetons mentalement dans un futur positif. Avec les techniques de futurisation en sophrologie, nous activons donc ce positif et par conséquent la sérotonine.

Ainsi, selon les chercheurs, les méthodes de relaxation comme la sophrologie Caycedienne peuvent augmenter le taux de sérotonine au niveau du cerveau. Cela peut être une forme de rééducation du système sérotonine, car grâce au plaisir issus de la relaxation dynamique, on crée un équilibre du neurotransmetteur.

  • Certains aliments permettent de synthétiser la sérotonine ; le tryptophane,  qui se trouve principalement dans la viande, les légumineuses (pois chiches, haricots blancs, lentilles), les graines (courge, sésame, tournesol), les oléagineux et les bananes permettent la synthèse de cette hormone. Les oméga-3 participent aussi à la régulation de la synthèse de sérotonine : poissons gras (maquereaux, sardines, saumon), mâche, huile de colza et de noix.

Que nous permet cette hormone ?

Elle est produite lorsque nous nous sentons reconnus à notre juste valeur, lorsque notre estime de nous-mêmes est bonne. Elle nous fait sentir serein et optimiste alors qu’un manque de sérotonine favorise irritabilité et impulsivité.

La sérotonine, située dans le cerveau, contribue à l’avènement du sommeil. C’est une hormone  importante aussi dans la régulation de l’humeur, de l’appétit, de la mémoire, de la régulation de la température, de la santé, de la contraction des muscles, de la régulation d’hormones thyroïdiennes, de la mobilité gastro-intestinale. La sérotonine semble créer un terrain favorable aux comportements prudents, réfléchis, calmes, voire inhibés.

 

L’ocytocine : « l’hormone de l’amour »

C’est quoi ? 

C’est l’hormone de l’attachement ou l’hormone sociale. Elle régule le  cortisol, l’hormone du stress permettant de diminuer l’anxiété ; cette hormone permet aussi à nouer le contact et à faire confiance. Elle nous permet l’empathie.

Comment l’activer, la développer ?

Cette hormone s’active lors de relations sociales positives (par exemple : un câlin, des compliments reçus ou donnés, lorsque nous faisons ou recevons un cadeau…). Elle s’active par le toucher et la confiance en l’autre.

Pour la développer, il faut multiplier les contacts avec les personnes qu’on aime : Prendre dans les bras votre partenaire, vos enfants ou vos animaux, favoriser les moments de tendresse. Les relations avec autrui (sexuelles, amicales, parentales) activent l’ocytocine.

En sophrologie, les techniques favorisent la confiance en soi, l’estime de soi, l’amour de soi; apprendre à s’aimer pour mieux aimer et s’ouvrir aux autres.

Que nous permet cette hormone ?

Elle nous permet de renforcer notre individualité et des sentiments de confiance ; elle nous facilite les interactions sociales et les comportements altruistes.

Grâce à elle, on peut retrouver la sécurité dans le groupe.

 

La dopamine : hormone du bonheur, du bien-être et anti-fatigue

C’est quoi ? 

C’est le neurotransmetteur produit par un acide aminé, la tyrosine. La dopamine est l’hormone du plaisir et de l’action.

La dopamine contrôle les mouvements, intervient dans la motivation, influence la recherche du plaisir et commande le système de gratification du cerveau en nous poussant à positiver. C’est aussi l’hormone de la vigilance, grâce à laquelle on se sent plus productif et moins fatigué. Elle s’active quand nous avons conscience que nos besoins sont sur le point d’être satisfaits.

Comment l’activer, la développer ?

  • S’activer, réaliser, être créatif : avec la sophrologie, les sensations corporelles et les sentiments, les émotions se vivent par l’expression du corps à l’aide d’activation et de mouvements.
  • Méditer (en sophrologie, la méditation est utilisée)
  • Écouter de la musique booste sa production de dopamine  et accentue la sensation de bien-être. Les sons sont aussi importants en sophrologie : ce sont les phonèmes.
  • L’alimentation : la spiruline, les poissons gras (saumon, maquereau, thon), les œufs, les noix, les légumineuses, riches en tyrosine, précurseur de dopamine. Prudence toutefois avec les compléments alimentaires contenant de la vitamine B6, car elle détruit cet acide aminé.

Que nous permet cette hormone ? La dopamine nous permet :

  • De trouver de la motivation à agir, à réaliser afin d’atteindre nos objectifs et nos rêves.
  • A développer des sentiments de plaisir quand nos objectifs sont atteints
  • S’affirmer et prendre confiance en soi.

En effet, ceux  qui développent peu de dopamine sont des  personnes sujettes à la procrastination, la lenteur, le doute ou le manque d’enthousiasme, d’élan de vie.

Les endorphines : les antidouleurs naturels

C’est quoi ? 

C’est une hormone secrétée au niveau du cerveau par l’hypophyse et l’hypothalamus, particulièrement dans les situations de stress physique, de stress psychologique ou activité sportive supérieure à 30 minutes.

L’endorphine est une hormone naturelle qui agit comme un anxiolytique ou un euphorisant. On la retrouve essentiellement dans le crâne (cerveau, cervelet et tronc cérébral) mais également dans des récepteurs de la peau, les intestins et le cœur.

Que nous permet cette hormone ?

  • Effet antalgique : cette hormone atténue la douleur.
  • Effet anxiolytique : lutte contre le stress et l’anxiété. La libération de l’endorphine par l’hypophyse et par le système nerveux procure un effet relaxant et apaisant.
  • Effet euphorique : combat la dépression
  • Effet anti-fatigue : les endorphines modèrent les fonctions cardiaque et respiratoire. Autrement dit, elles limitent l’essoufflement à l’effort et l’épuisement.

Comment l’activer, la développer ?

  • L’activité physique stimule cette hormone. Les effets euphorisants et analgésiques des endorphines sont bien connus des sportifs (comme les coureurs), si bien qu’elles peuvent même devenir pour certains d’entre eux une réelle addiction. En sophrologie, l’activation du corps par les mouvements doux et calmes peut stimuler cette hormone.
  • Positiver, être heureux, rire, se faire plaisir libèrent des endorphines : la sophrologie développe en nous une somatisation du positif.
  • L’amour et l’activité sexuelle.
  • Manger quelque chose que l’on aime : croquer du chocolat

 

Par conséquent, ces quatre hormones sont bien liées au déclenchement du bonheur; la dopamine est l’hormone de la récompense. La sérotonine est l’anti dépresseur naturel.  L’ocytocine est l’hormone de la confiance et l’endorphine est celle de l’anti-douleur.

Ces hormones du bonheur ne sont hélas pas toujours là en permanence et il en existe d’autres comme la noradrénaline par exemple. Cependant, la sophrologie permet d’activer ou de réactiver ces hormones par des techniques psycho-corporelles simples. Elle permet de somatiser le positif et de mémoriser le bien être et le bonheur.

Pour résumer, le bonheur, c’est simple non ?